Le conte du vent Agrandir l'image

Le conte du vent _ epub

Avec quelques notes de poésie, une once de romantisme et une pointe d’humour, il dénonce les pratiques agro-alimentaires aberrantes, les dérives de l’Occident et la perte des valeurs humaines.  
Il est aussi porteur d’espoir et d’inspiration : c'est un appel à l’ouverture des consciences, à une action engagée et intègre, avec pour but la construction d’une paix durable pour les générations à venir.

Plus de détails

14,90 € TTC

La quantité minimale pour pouvoir commander ce produit est 1000

Fiche technique

auteur Marie-Noëlle Anderson
version Digitale epub

En savoir plus

Silvio fait partie d’une ONG espagnole qui s’est donné pour tâche de récolter les semences bientôt interdites par le Codex alimentarius, afin de leur permettre de s’adapter et de prospérer dans un lieu protégé. Il part au Mexique à la recherche du maïs bleu, le maïs sacré.

Son frère Julio, instituteur, lui a donné pour lecture de voyage le manuscrit de l’histoire qu’il vient d’écrire pour ses élèves. C’est un Conte dans lequel les plantes, les animaux, les eaux, les terres – tous les éléments de la création, s’expriment. Ils sont convoqués au pied de la Grande Montagne par la Terre-Mère et le Vent, pour venir y déposer leurs doléances et aussi y trouver des solutions ainsi qu’une guérison de leurs souffrances.

Comme la chaîne et la trame d’un tissage, l’histoire des deux jeunes gens et le Conte vont dessiner avec suspense, humour et tendresse les aventures, découvertes, émotions et informations qui ne manqueront pas d’interpeller le lecteur.

Extraits

- Dans notre famille d’origine, nous étions plusieurs enfants, tous de couleur différente. Il y avait les bleus, les verts, les jaunes et les rouges. Ceux à gros grains et ceux à petits grains. Les grands et les courts, les minces et les gros. Bref, notre arbre généalogique avait des centaines de branches qui vivaient en bonne harmonie. Nous avons voyagé d’un continent à l’autre et à mesure que les solstices passaient, nous avons nourri tous les Derniers-Nés de la planète et même leurs créatures.

- C’est tout comme nous !  s’écrie une pomme Golden dissimulée derrière un gros rocher de granit. Il ne reste plus que trois ou quatre familles de notre grand arbre aux mille ramifications parfumées et savoureuses. En plus, elles sont en mauvaise santé, fades et insipides comme moi qui suis le résultat des jeux d’apprentis sorciers inconscients .

- Silence !  intervient le Vent. C’est au Maïs de s’exprimer, chacun son tour.

- Elle a raison, confirme le Maïs. Nous ne sommes pas les seuls à voir notre diversité s’appauvrir à chaque saison qui passe. Les Derniers-Nés ont inventé un plan diabolique. Ils nous séquestrent pour mieux nous manipuler. Il n’est plus question de nous renforcer, mais ils nous mélangent avec d’autres plantes et avec des substances de leur invention. Non seulement nous perdons notre identité, mais nous contaminons toute la planète sans le vouloir. Ils ne s’en rendent pas encore compte, mais nous savons que leurs enfants et leurs petits-enfants vont mourir s’ils continuent à nous manger. Ils seront très malades et subiront le même sort que nous.

- Ce n’est rien !  Regardez ce qui nous arrive !